L’aménagement de la rue des Mouettes

La réhabilitation du bassin de baignade de Boucan Canot

L’aménagement touristique et paysager de la ravine Bernica

L’aménagement paysager et touristique du bassin des Cormorans



 



L’aménagement touristique et paysager de la ravine Bernica

La SPL TAMARUN a été mandatée par la commune de Saint Paul pour la réalisation de l’aménagement paysager et touristique de la ravine Bernica.

  • Où en est-on ? 

Suite au choix du maître d’œuvre de l’opération, la phase de diagnostic va être lancée.

  • Que fait-on ?

La ravine Bernica est un haut lieu de l’histoire de l’île de la Réunion, notamment du fait de sa proximité avec le Tour des Roches et la réserve naturelle de l’Etang Saint Paul, lieu de vie des premiers arrivants sur l’île.


Son caractère pittoresque est lié au fort contraste entre ses gorges verdoyantes à la végétation exubérante et la savane aride.

Si elle est citée et référencée dans les guides touristiques de l’île, elle est pourtant aujourd’hui très peu mise en valeur et ne propose pas d’aménagement permettant un accueil du public de qualité.

Pour ces raisons, la Commune de Saint-Paul  a confié à la SPL TAMARUN la mise en valeur paysagère et touristique de la Ravine Bernica qui comprend :

-      Une mise en valeur du patrimoine historique et naturel par l’aménagement d’un sentier pédestre depuis le parking de la Chaussée Royale jusqu’au Bassin Pigeon ;

-      La valorisation des activités de loisirs et de pleine nature existantes (de type escalade) ;

-      Une possible mise en lien de la Ravine Bernica avec les autres éléments à forte valeur patrimoniale du Tour des Roches.

  • Objectif de livraison

Le sentier aménagé pourrait être ouvert en juin 2016.

  • Le saviez-vous ?

 Lieu propice à l’inspiration artistique, la ravine Bernica a été  rendue célèbre grâce au poème éponyme de Charles-Marie Leconte de Lisle. 

 Extrait du poème « Le Bernica »

 Perdu sur la montagne, entre deux parois hautes,
Il est un lieu sauvage, au rêve hospitalier,
Qui, dès le premier jour, n'a connu que peu d'hôtes ;
Le bruit n'y monte pas de la mer sur les côtes,
Ni la rumeur de l'homme : on y peut oublier.
La liane y suspend dans l'air ses belles cloches
Où les frelons, gorgés de miel, dorment blottis ;
Un rideau d'aloès en défend les approches ;
Et l'eau vive qui germe aux fissures des roches
Y fait tinter l'écho de son clair cliquetis.
Quand l'aube jette aux monts sa rose bandelette,
Cet étroit paradis, parfumé de verdeurs,
Au-devant du soleil, comme une cassolette,
Enroule autour des pics la brume violette

  • Combien ça coûte ? 

584 000 euros